RETAIL NUMERIQUE MAG
2018 © Tous droits réservés
LE MAGAZINE LEADER DE LA DISTRIBUTION HIGH-TECH

Pixmania change de mains et trouve un nouvel élan

Distribution

Reprise par Daniel Saada et Sébastien Ouhioun à travers leur société Newpix & Co, l’enseigne de vente en ligne Pixmania vise à « redevenir un réflexe pour les produits high tech » pour les consommateurs et, surtout, à devenir une alternative crédible de market place pour les produits high tech.

Rimg0

Star du e-commerce hexagonal au début des années 2000, Pixmania est entré en 2012-2013 dans une zone de turbulences qui s’est soldée, après plusieurs changements de main (Dixons, Mutares, VDD), par un dépôt de bilan début 2018. Reprise début juillet par un attelage composé par Daniel Saada (ex-Extenso Telecom, notamment) et Sébastien Ouhioun (ex-Samsung), l’enseigne vise désormais à se repositionner dans le high tech dans un contexte de concentration de la distribution et des marques.
« Pixmania reste une marque forte, il y a un vrai coup à jouer », explique Daniel Saada, qui veut redonner vie à l’entreprise et la transformer. « Aujourd’hui, poursuit-il, entre 80 et 90 % de l’activité, c’est de la market place pure et dure ». Mais ce pourcentage devrait évoluer dans le sens d’une progression du e-commerce direct.
« Nous voulons apporter des nouveautés aux consommateurs, des offres particulières, ajoute Sébastien Ouhioun. Parfois, nous le ferons en propre, parfois cela se fera à travers la market place ».
L’activité de market place, qui passe par la filiale Trade Pix, se veut, elle, un « outil pour permettre aux marques et aux grossistes d’accéder au client final en passant par Pixmania ». Un outil, dans un paysage déjà bien fourni, qui se veut « sans surprises » pour les e-commerçants.
« Un marchand qui veut se connecter sur Amazon se rend compte assez rapidement que cela lui coûtera plus cher que prévu, explique Daniel Saada. Il faut prendre en compte le coût des retours produit, les conditions de paiement, les coûts induits…. ». A final, c’est la marge qui en pâtit.
« Avec Trade Pix, nous serons dans la moyenne du marché, mais il n’y aura pas de coûts cachés. Nous proposerons également un service de mise en relation entre les marques et les magasins ».

Mais avant cela, il faut encore rationaliser le fonctionnement de l’entreprise, qui était encore présente dans 26 pays en 2016. Passée ensuite à 14, elle se concentrera désormais sur quatre pays : France, Espagne, Portugal et Belgique. La rationalisation se fera aussi sur l’offre produit : exit des familles comme le mobilier ou l’outillage électroportatif au bénéficie d’une offre très centrée high tech.
« Nous voulons vraiment proposer des produits nouveaux, en nous appuyant par exemple sur la French tech », poursuit Sébastien Ouhioun. Le nombre de marchands présents sur la market place sera réduit au profit d’une approche qualitative.
« Nous ne travaillerons qu’avec des marchands qui sont régulés par l’Europe », ajoute Daniel Saada. Exit donc la course au « toujours plus » au profit du « toujours mieux ». « Nous voulons montrer
Pour le consommateur, les prix seront équivalents ce qu’il trouvera ailleurs, mais il aura un suivi commercial humain, des nouveautés et des avant premières grâce à Pix Trade.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot

Directrice de clientèle

puevfgvar.qbhffbg@ergnvyahzrevdhrznt.se
+33 7 69 21 82 45

Recevoir la Newsletter
OK